Purifier les émotions par la respiration

Dans son livre Au-delà de la peur : Les clés de la sagesse Toltèque, Don Miguel Ruiz partage un parcours initiatique qui passe par une rencontre avec la peur, émotion responsable de tous les accords négatifs que nous avons conclus dans notre vie.

Il expose une technique respiratoire pour purifier les émotions :

Le nettoyage du poison émotionnel est un processus simple. Tout ce qu’il requiert est une pensée d’amour associée à la respiration. Ensuite, il n’y a qu’à respirer volontairement, en pensant au mot « amour ». On peut appliquer ce processus de nettoyage aux vieilles blessures comme aux nouvelles. Lorsqu’on nettoie une blessure, elle guérit. Bien sûr, il est impossible de la nettoyer en déversant son poison sur autrui. Cela ne ferait qu’accroître la quantité de poison.

Nous vivons dans un océan de poison qui affecte tout le monde. Quand vous êtes attaqué, rappelez-vous simplement que votre agresseur a besoin d’énergie. Lorsque vous serez un Maître de la Transformation, rien ne vous blessera plus et vous n’intérioriserez plus le poison d’autrui.

A mesure que vous nettoyez les blessures du passé, vous devenez plus alerte dans votre vie quotidienne et vous cessez d’alourdir le fardeau émotionnel de votre âme. […]

Concentrez-vous sur votre respiration. Inspirez l’amour qui se trouve en permanence dans l’air. Inspirez l’amour pur. Et expirez ce pur amour. La respiration a un lien direct avec l’amour. Par cette respiration d’amour, purifiez chaque mémoire émotionnelle qui surgit.

Videz votre mental. Arrêtez vos pensées. Faites le vide. Ne jugez rien. Entraînez votre mental à vous restituer vos souvenirs sans penser. Quel que soit le souvenir qui remonte, il est important. Faites confiance à ce que la mémoire vous restitue.

Mettez votre conscience dans votre volonté. La volonté éveille la mémoire de vos émotions.

Priez votre volonté de vous restituer vos souvenirs.

Extrait de Au-delà de la peur : Les clés de la sagesse Toltèque de Don Miguel Ruiz, Editions Jouvence, pages 125-127.

Laisser un commentaire